Quand tu viendras

Ô souvenirs qui retenez davantage
Que tout ce que nous avons vécu…
Tàssos Livadìtis

Quand tu viendras
j’effacerai les lumières et les heures
ne gardant que le mauve
pour éclairer tes yeux
je te contemplerai sans un geste
saignant le jasmin et l’été

Tu seras muette
Notre verre plein
du parfum d’une mémoire malade
Nous boirons sans fin
à la grandeur de la putréfaction

Quand tu repartiras
je t’en prie
ne me rends pas la vue.

Fin de «Big Hush» de Shriekback

Μετάφραση στα Γαλλικά: MICHEL VOLKOVITCH

Advertisements
This entry was posted in Ποίηση and tagged . Bookmark the permalink.